logofemmesL’Économie sociale et solidaire avec perspective de genre

 

L’économie est plurielle, on y retrouve l’économie privée, publique et sociale. L’ÉSS fait partie de ces réponses aux crises actuelles quelles soient économiques, sociales, environnementales, d’égalité de genre, d’égalité de droits.

L’ÉSS puise toute sa force au cœur même de pratiques collectives contribuant à la construction d’un monde plus juste et équitable. Ce véritable moteur de développement occupe une place de plus en plus importante pour répondre aux besoins qui ne sont pas adéquatement pris en compte par l’économie publique et privée tout en créant des liens entre l’économique et le social, le local et le mondial, le travail et l’investissement, la production et la consommation.

L’ÉSS propose de transformer l’économie informelle et populaire en économie de droit commun tout en reconnaissant le travail de reproduction sociale assumé par les femmes et nécessaire au fonctionnement de l’économie.

On parle de personnes au cœur du développement. On parle de production de biens et de services ayant l’entreprise collective comme forme d’organisation. Mais il y a aussi le social et le solidaire, référant à une rentabilité sociale et non purement économique. Cette rentabilité s’évalue par la contribution au développement démocratique; le soutien d’une citoyenneté active; la primauté de la personne sur le capital et la promotion de valeurs et d’initiatives de prise en charge individuelle et collective.

L’ÉSS avec perspective genre

L’ÉSS avec perspective genre c’est tout cela et plus encore. Ce n’est pas en ajoutant le mot « femmes » dans les divers textes de Loi, de politiques, de déclarations que l’ÉSS sera différente et réellement inclusive – il faut plus que cela surtout que nous savons que les femmes sont les actrices majoritaires de ce grand mouvement.

L’ÉSS avec perspective genre est capitale car elle propose une façon d’entreprendre solidairement qui provoque des changements systémiques dans les vies des femmes et des hommes menant à une égalité sociale et économique.

Elle tient compte des responsabilités des femmes envers leur famille, elle reconnaît et accueille la diversité des besoins des femmes en créant des appuis souples à l’emploi. (Services de garde sur le site, financement de dispositif de garde, transport, etc.) et en offrant des programmes flexibles de formation.

Elle encourage la participation et le leadership et ici on fait allusion à la démocratie, à la participation, à la reconnaissance des acquis, au partage des avoirs, à la distribution équitable des ressources, etc.).

Elle traite ouvertement des inégalités entre les sexes, s’appuie sur les actifs des femmes, fonctionne avec les femmes au niveau local et contribue à créer des collectivités saines à long terme étant donné que les femmes investissent leur temps et leur énergie à rendre les collectivités plus sûres et dynamiques pour leur famille et leur communauté.

Co-construction d’une approche d’ÉSS avec perspective genre

Dans le cadre du réseau de « Femmes du monde », nous avons débuté la co-construction d’outils adaptés en ÉSS perspective genre dont l’évaluation des actifs et des passifs dans une approche de moyens de subsistance durable.

Actifs : Ce sont les ressources individuelles et collectives économiques, matérielles, etc.) que nous avons ou n’avons pas, les connaissances acquises et mises en pratique, … Quand nous connaissons nos actifs, nous pouvons tout faire pour les préserver et les faire croître.

Passifs : Ce sont nos dettes, nos engagements que nous n’avons pu respecter ou tenir, les conflits non réglés… ce n’est pas nécessairement négatif car nous pouvons trouver et mettre en œuvre des solutions.

D’abord, nous nous sommes inspirées de ce qui avait été développé en 2002 par Eko Nomos au Canada et que j’avais adapté en 2010 pour les besoins du projet Pleine participation des femmes à l’économie.

Cette approche aide à cerner l’aspect « personnel » et l’aspect « collectif » insaisissable du succès de l’entreprise collective. Pour réussir nos projets d’entreprises collectives, il faut planifier et vivre chaque étape de développement, analyser nos compétences entrepreneuriales…

 

Voir le rapport produit par Ethel Côté, référante en Économie sociale et solidaire

Forum international FDM – samedi 15 juin 2013_intervention Ethe Coté Rapport du Forum international Femmes du Monde – juin 2013 à Paris 20ème EC FDM ESS présentation[2][1]

Remerciements

Accompagnement adapté Recherche de ressources adéquates Mise en place de stratégies

Ce travail collectif se réalise grâce à la contribution d’une centaine de femmes dans le Réseau facilité par Quartier du Monde. J’espère avoir été fidèle à tous ces efforts collectifs qui ont permis le développement, la validation, la mise en œuvre de cette approche portée par les femmes. Enrichi par cette expérience, Quartier du Monde proposera cette valeur ajoutée au sein des réseaux de l’ÉSS pour les faire grandir.

« Lorsque les expériences de femmes sont rendues visibles, elles leur renvoient une image positive, les valorisent, ce qui facilite la prise en compte du genre dans la problématisation des initiatives. Ces activités favorisent le renforcement des capacités des femmes et leur émancipation sociale et professionnelle. La place des femmes, leur implication dans l’économie, témoigne d’un dynamisme,

d’une énergie et d’une recherche de solutions concrètes et politiques. » FIESS – ÉVÉNEMENT FEMMES ET ÉSS – 201

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>